Saga Webradio

Gabon : le FMI approuve un nouveau décaissement de 99 millions de dollars

Le Fonds monétaire international a annoncé l’approbation par son Conseil d’administration, d’un nouveau décaissement en faveur du Gabon d’un montant de 99 millions de dollars soit environ, 49,5 milliards de francs CFA. L’institution qui s’est félicitée des mesures prises par les autorités gabonaises, a appelé à poursuivre l’assainissement des finances publiques et opérer les réformes cruciales.

Le FMI a annoncé le déblocage de 99 millions de dollars au Gabon au terme de la troisième revue de l’accord élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC). C’est ce qu’a annoncé l’institution elle-même cette semaine dans un communiqué. « Le 19 décembre 2018, le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la troisième revue du programme économique du Gabon qui est appuyé par un accord élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC). L’achèvement de la revue permet de décaisser immédiatement 71,43 millions de DTS (environ 99 millions de dollars) », a indiqué le FMI. Selon l’institution financière, ce nouveau décaissement porte le total des décaissements déjà opérés pour le Gabon au titre de l’accord à environ 395,9 millions de dollars soit près de 197,9 milliards de francs CFA.

L’accord avait été conclu sur trois ans en juin 2017 et porte sur une enveloppe globale de 642 millions de dollars soit environ 321 milliards de francs CFA. Il visait un programme de réformes économiques appuyé par le FMI, avec « pour objectif de rétablir la stabilité macroéconomique et de jeter les bases d’une croissance inclusive », a rappelé l’institution dans son annonce.

Des améliorations mais des efforts restent à faire

En ce qui concerne la situation économique du Gabon, l’institution de Bretton Woods a souligné des améliorations avec les mesures prises par le gouvernement gabonais et a ensuite appelé à aller plus loin en poursuivant les réformes et l’assainissement des finances publiques. « Les résultats obtenus par le Gabon dans le cadre de l’accord MEDC se sont améliorés. Les autorités ont pris des mesures importantes et difficiles pour maintenir le programme en bonne voie en dépit des élections législatives d’octobre 2018. Cependant, la reprise économique demeure fragile et il est nécessaire de poursuivre l’assainissement des finances publiques et d’opérer des réformes cruciales pour réaliser une croissance vigoureuse et durable », a relevé le directeur général adjoint et président par intérim du FMI, Mitsuhiro Furusawa. Selon lui, il sera question, d’accroître les recettes non pétrolières et de maîtriser les dépenses non prioritaires, tout en protégeant les dépenses sociales et l’investissement. Aussi faudra-t-il préserver la stabilité du secteur financier pour s’assurer d’une croissance économique soutenue.

Lors de son Conseil, le FMI a par ailleurs indiqué qu’il a accédé à une requête particulière des autorités gabonaises. « En achevant la troisième revue, le conseil d’administration a approuvé les demandes présentées par les autorités d’une dérogation pour inobservation d’un critère de réalisation et d’une modification de critères de réalisation », a-t-on précisé.

Avec Afrique.LaTribune