Saga Webradio

Le Sénégal souhaite la restitution de « toutes » ses oeuvres

Le ministre sénégalais de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a affirmé mardi que le Sénégal souhaitait la restitution par la France de « toutes les oeuvres identifiées comme étant celles du Sénégal ».

Il a fait la déclaration quelques jours après la publication d’un rapport sur le patrimoine africain commandé par le président français Emmanuel Macron.

« Nous sommes disposés à trouver des solutions avec la France. Si nous avons 10.000 (pièces identifiées comme étant originaires du Sénégal, NDLR), nous souhaitons avoir les 10.000 », a déclaré M. Coulibaly lors de la présentation à la presse du Musée des civilisations noires, qui sera inauguré à Dakar le 6 décembre.

Emmanuel Macron doit prendre une décision après le dépôt le 23 novembre, à sa demande, du rapport de deux universitaires, dont Bénédicte Savoy du Collège de France.

Ce rapport suggère notamment un changement radical de la loi française sur le patrimoine pour redonner à l’Afrique une partie de son patrimoine.

Les travaux du nouveau musée « avancent bien ». « Nous serons prêts le 6 décembre pour l’inauguration » par le président Macky Sall, a déclaré le directeur du Musée des civilisations noires (MCN), Hamady Bocoum, lors de la conférence de presse.

« On dispose de tout ce qu’on veut » pour le lancement du MCN, des vestiges sur les premiers hominidés, apparus en Afrique il y a plusieurs millions d’années, aux créations artistiques actuelles, a dit M. Bocoum, citant notamment « l’outillage lithique » (en pierre) de ces hominidés, des collections de peintures et de sculptures.

Des ministres et des professionnels de la Culture de plusieurs pays sont attendus pour l’occasion dans la capitale sénégalaise. « Le gouvernement du Sénégal est fier d’avoir réussi à mettre en place ce joyau », s’est félicité M. Coulibaly.

Le gigantesque bâtiment, situé dans le centre-ville de Dakar, est un don de 20 milliards de francs CFA de la Chine, « qui l’a également équipé pour deux à trois milliards de FCFA », a-t-il ajouté.

L’idée d’un MCN au Sénégal avait été lancée par le président-poète Léopold Sédar Senghor, premier chef d’Etat du Sénégal (1960-1980), lors du premier Festival mondial des arts nègres organisé en 1966 au Sénégal, mais les travaux n’ont été lancés que sous la présidence d’Abdoulaye Wade (2000-2012).

L’architecture du nouveau musée, en face du Grand Théâtre National, est inspirée des cases rondes africaines, en particulier celles de Casamance, la région du sud du Sénégal, selon M. Bocoum.

« C’est un projet panafricain. Il y aura une facette de chaque partie de l’Afrique », a dit son directeur, M. Bocoum, chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et archéologue de formation.

Pouvant accueillir 18.000 pièces sur une surface de 14.000 m2, il prévoit de mettre en exergue « la contribution de l’Afrique au patrimoine culturel et scientifique, notamment la métallurgie du fer qui a été découverte en Afrique 2.500 ans avant Jésus Christ », a souligné M. Bocoum, en regrettant toutefois que « d’initiateur, nous sommes devenus un désert » industriel.

« Nous n’allons pas rester dans la contemplation. L’objectif de ce musée c’est surtout de se projeter » sur l’avenir », a t-il ajouté.

Avec VOA Afrique