Saga Webradio
  • Accuail
  • sports
  • Ligue 1 – Mbappé sauve encore le Paris SG, puis voit rouge
Actualites sports

Ligue 1 – Mbappé sauve encore le Paris SG, puis voit rouge

Un contre fulgurant et un rouge: Kylian Mbappé a permis au Paris SG d’abattre Nîmes (4-2), qui venait de remonter deux buts, mais il a été exclu à la dernière minute, samedi pour la 4e journée de Ligue 1.

Nerveux tout le match, le champion du monde a bousculé Téji Savanier, coupable d’un tacle sur lui, et a logiquement reçu un carton rouge qui gâche le carton plein du PSG: quatre victoires sur quatre.

Cet épisode gâche aussi le match du prodige français, seul joueur adverse applaudi par les Costières avec Gianluigi Buffon, gardien remplaçant.

“Si c’est à refaire, je le referai et je m’excuserai”, a dit Mbappé après le match, pointant le tacle de Savanier. “Je ne peux pas tolérer ce genre de geste, ça n’a rien à faire sur un terrain de foot. Il n’avait aucune intention de jouer le ballon.”

Son contre éclair, lancé par l’autre champion du monde, Presnel Kimpembe, était bien plus génial (77).

A ce moment-là, l’ogre de la Ligue 1 souffrait de la morsure des “Crocodiles”, revenus par Antonin Bobichon (63) et Téji Savanier, sur un penalty VAR (71). Le PSG a eu le grand tort de s’arrêter de jouer après les deux buts en quatre minutes de Neymar (36) et Angel Di Maria, d’un délicieux corner direct (40).

Un autre contre, alors que Nîmes jetait ses dernières forces, a permis à Edinson Cavani d’arrondir le score (90+2). Le surprenant Dijon, 2e, a calé, à domicile, face à Caen (0-2) et laisse le PSG à trois points, et seul en tête.

Cirque Maxime

Le PSG confirme son départ canon alors que ses fragiles outsiders ont déjà tous perdu une fois, comme l’Olympique de Marseille, ici-même à Nîmes (3-1).

L’OM n’avait pas trouvé de solution dans le jeu face au combat, choisi logiquement par le promu pour rivaliser avec les cadors.

L’équipe de Thomas Tuchel a failli tomber dans le même piège. Elle s’est énervée, une demi-heure, face à l’engagement limite des Gardois et a un peu paniqué quand Nîmes a égalisé. Une frappe de Sofiane Alakouch sur la barre (77) aurait pu l’achever.

Quand il a joué, au contraire, le PSG s’est promené, grâce à sa supériorité technique. Neymar, par ailleurs brouillon et averti pour un tacle sur Renaud Ripart (50), et Angel Di Maria, l’ont démontré.

“On n’a jamais paniqué mais, mentalement, on est un peu sortis du match avant de finalement réagir sur la fin”, a résumé Tuchel.

Mais les Costières n’ont jamais lâché leurs joueurs dans une belle ambiance de football. Avec sa tribune ouest fermée, sauf le petit coin visiteur, le petit stade nîmois en U ressemblait plus au Cirque Maxime qu’aux arènes. Les tribunes, à 95% en rouge, ont explosé sur la frappe pleine lucarne de Bobichon, servi par Sada Thioub, puis sur le penalty de l’épatant Savanier.

Neymar discret

L’arbitre Jérôme Brisard a eu recours à la vidéo pour voir la faute de Thiago Silva sur Theo Valls.

Au moins le PSG s’est-il bien entraîné à voir rouge dans la capitale française de la tauromachie. Il y goûtera à nouveau dès le 18 septembre en Ligue des champions, chez les Reds de Liverpool, puis le 3 octobre au Parc des Princes contre l’Étoile Rouge de Belgrade.

Pour préparer la C1, il ne reste plus qu’un match à Tuchel, à Paris contre Saint-Étienne. Cette fois l’ex-technicien de Dortmund avait choisi un 4-2-3-1, avec Marquinhos à la récupération, aux côtés d’Adrien Rabiot, et Neymar en N.10, avec Mbappé à sa droite, Cavani devant et Di Maria à gauche.

Il faudra monter en régime, et montrer plus d’engagement. Le “Ney” est resté très discret, il a marqué un but facile pour lui en reprenant de près un bon centre de Thomas Meunier, après un appui malin du Belge sur Mbappé.

Ce même Mbappé avait déjà perdu un peu son sang-froid et reçu un avertissement pour avoir touché un ballon avant que les Nîmois ne jouent un coup franc (18). Un jaune et un rouge, ça fait beaucoup pour la jeune idole..

Related posts

Puigdemont s’est rendu à la police belge

sagaw

Violence du 21 janvier en RDC: pour le pouvoir, la responsabilité est partagée

sagaw

La Cenco exhorte Kabila à ne pas briguer un troisième mandat

sagaw