Saga Webradio

Nigeria: au moins 60 morts dans l’attaque de Boko Haram contre la ville de Rann (Amnesty)

L’attaque du groupe jihadiste nigérian Boko Haram contre la ville de Rann en début de semaine a fait au moins 60 morts, selon Amnesty International qui a réalisé une enquête de terrain dans la région.

« L’attaque la plus sanglante de Boko Haram contre Rann – ville dans l’extrême nord-est du Nigeria – a fait au moins 60 morts », a révélé l’organisation de défense des droits de l’homme.

« Aux alentours de 9 heures du matin le 28 janvier, un groupe de combattants de Boko Haram est arrivé sur des motos et a incendié la ville », peut-on lire dans un rapport d’Amnesty.

« Ils ont poursuivi les civils qui tentaient de s’enfuir (…). Onze corps ont été retrouvés dans l’enceinte de la ville et 49 autres à l’extérieur », est-il indiqué.

Isa Sanusi, porte-parole d’Amnesty International Nigeria, a expliqué à l’AFP que l’ONG avait réalisé une enquête de terrain approfondie et recoupé des informations recueillies auprès de nombreuses sources sécuritaires, de témoins ou de personnes travaillant dans la région.

Rann est une localité devenue inaccessible pour des raisons de sécurité, même pour le personnel humanitaire, d’où il est extrêmement difficile d’obtenir des informations.

Sur plusieurs images satellites du centre CNES/Airbus ainsi que de l’institut européen de surveillance Copernicus, on peut distinguer que certaines parties de la ville, où s’étaient réfugiées des dizaines de milliers de personnes, ont été totalement rasées par les flammes.

Au lendemain de l’attaque, en l’espace de 48 heures, « toute la population semble paniquée et a pris la fuite pour tenter d’échapper à la mort », avait déclaré le porte-parole du HCR, Babar Baloch, au cours d’un point de presse à Genève.

Plus de 30.000 personnes sont arrivées au Cameroun, affirmant que le groupe jihadiste contrôlait désormais la ville et que les soldats nigérians et camerounais avaient également fui.

Il s’agit de l’une des attaques les plus meurtrières contre les civils depuis des mois dans le nord-est du Nigeria, dans un contexte d’accélération des violences.

Depuis le mois de juillet, le groupe, qui a fait allégeance à l’Etat Islamique en 2015, semblait davantage se concentrer sur les attaques de bases militaires où il récupérait les armes et le matériel militaire.

Le président Muhammadu Buhari, élu en 2015 sur la promesse d’éradiquer le groupe, est candidat à sa propre réélection aux élections du 16 février prochain, mais il doit faire face à un bilan sécuritaire très critiqué.

L’insurrection jihadiste a fait plus de 27.000 morts depuis 2009 et plus 1,7 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.