Saga Webradio

USA: trois policiers jugés pour avoir menti sur le meurtre d’un jeune Noir

Le procès de trois policiers de Chicago accusés de s’être entendus pour mentir sur les circonstances de la mort d’un adolescent noir tué par un officier blanc en service, s’est ouvert mardi.

La mort de Laquan McDonald, 17 ans, abattu en 2014 par Jason Van Dyke, avait déclenché une onde de choc aux Etats-Unis.

Le policier a été reconnu coupable en octobre du meurtre de cet adolescent sur lequel il avait tiré « 16 fois » de façon « totalement inutile », les douze jurés ayant également décidé de sa culpabilité à seize autres chefs d’accusation.

En cinquante ans, M. Van Dyke est le premier policier de Chicago à être emprisonné après avoir ouvert le feu en service. Il est derrière les barreaux, en attente de sa sentence.

Dans le sillage de cette affaire, trois de ses anciens collègues comparaissent depuis mardi devant un tribunal pour association illégale en vue d’étouffer une affaire, faute professionnelle et entrave à la justice pour avoir rempli de faux comptes-rendus du drame.

« Les prévenus ont tenté de protéger une seule (personne): Jason Van Dyke », a déclaré la procureure Patricia Brown Holmes, au premier jour du procès.

Les accusés sont David March –chargé d’enquêter sur l’homicide de McDonald, qui était muni d’un couteau–, Joseph Walsh –qui se trouvait avec Jason Van Dyke ce jour-là– et Thomas Gaffney, l’un des premiers policiers à être intervenu après le signalement d’un homme armé tentant de cambrioler un camion.

« Il n’y a aucune preuve que ces hommes ont comploté », a dit James McKay, avocat de David March. « Ils faisaient leur travail au nom du public. »

Un rapport interne a recommandé le renvoi de onze policiers, dont MM. March et Walsh qui ont finalement pris leur retraite en 2016 de la police de Chicago.

La vidéo de la bavure diffusée en 2015 a entraîné notamment le renvoi du chef de la police de Chicago de l’époque, ainsi que du procureur en charge du dossier. Elle a choqué l’Amérique et entrainé d’importantes manifestations à Chicago.

L’homicide de Laquan McDonald fait partie d’une série de bavures policières ces dernières années contre des Noirs aux Etats-Unis, donnant naissance au mouvement « Black Lives Matter ».

Avec AFP